Les chats sont-ils les leviers de croissance de demain ?

Mis à jour : juil. 10

Tandis que certains pays arment leurs entreprises de chats pour développer leur croissance digitale, la France reste un peu en retrait quant à ces pratiques. Selon une étude publiée en 2015, les chats auraient une place importante dans le développement interne et externe des entreprises. QUID en 2020 ? On a testé. Retour d’expérience dans cet article !



Une baisse du stress et une hausse de la productivité


En 2015, des chercheurs ont présenté une étude mettant en évidence l'effet positif d'une séance de Thérapie Assistée par l'Animal lors de la conférence American Academy of Pediatrics National Conference & Exhibition à Washington. Cette étude révélait que la présence des animaux dans un environnement de travail permettait de réduire considérablement le stress des humains.


Bien avant cette étude, le Japon avait déjà expérimenté la présence des matous dans l’espace de travail. En 2000, Hidenobu Fukuda, dirigeant de l’entreprise informatique Ferray à Tokyo, est certain de leur efficacité au point de faire entrer 9 chats dans la société comptant une cinquantaine de salariés. Plus encore, 500 Yen (50euros) étaient reversés aux salariés qui emmenaient leurs cats au bureau.

Résultats ? Une augmentation des demandes de stage, des séminaires pleins à craquer et des salariés plus productifs. De plus, ils ont augmenté leur nombre de contrats, notamment avec les entreprises animées par la même conviction que les matous sont utiles au business. Alors bien sûr, comme le CEO de Ferray le raconte “les chats abiment parfois les équipements. Mais les bénéfices qu’ils apportent compensent largement les coûts”.

Depuis, plusieurs entreprises de Tokyo s’y sont essayées, elles l’ont toutes adopté : le chat-business aide au développement des entreprises.



Graphique comparant le PIB brut des deux pays par an. Les deux courbes mettent en exergue l'avantage des Japonais, sans doute dû à leur compréhension de la place du chat comme levier de croissance.









Croissance et chats : un lien étrange


Si les chats sont rentables à l’échelle d’une entreprise, nous sommes en droit de nous demander : QUID à l’échelle d’un pays ? Si l’on se penche sur le classement des 10 pays du monde les plus riches, et que l’on compare avec les 10 pays qui comptent le plus de chats… 8 pays correspondent aux 2 critères. Traduction : les pays qui comptent le plus de chats sont les pays les plus développés.


C’est dans cette optique que Stories, agence de com’ à cheval entre Rennes et Paris, a passé le pas. Nous avons interrogé Florent, le CEO, sur la raison pour laquelle il s’était lancé dans l’aventure. La réponse fut on ne peut plus claire : “c’est une question de rentabilité.”


Toute la journée, les chats serpentent les ordinateurs et les pieds des collaborateurs, patounent sur les touches des claviers et se roulent sur les tapis à la recherche de caresses. Une pratique dont les collaborateurs raffolent : “les chats nous aident vraiment à créer une cohésion d’équipe” selon Clémence, assistante polyvalente de Stories. "La Ronronthérapie a vraiment des effets bénéfiques sur le groupe" poursuit-elle. En effet, le ronronnement du chat émet des fréquences basses, entre 20 et 50 hertz. Ces fréquences seraient non seulement relaxantes pour le félin, mais aussi pour nous, en baissant notre tension artérielle et notre rythme cardiaque. Les chats sauveraient donc l'économie.. et des vies.


Il y a 2 ans, Flore et Florent décidèrent de singer la méthode nippone et de faire appel à trois chats : Elliott, Oscar et Bianca. Pari gagnant. Si vous souhaitez suivre le vie des matous, suivez notre compte Instagram !

“Nous avons triplé notre chiffre d’affaires en 2 ans” nous confie Flore. “Ils nous ont permis de nous recentrer sur l’essentiel”. Stories n’en finit plus de se développer, et les trois filous à la langue râpeuse y sont pour beaucoup.


Développer sa stratégie digitale féline


Ce porte-étendard de la réussite qu’est le chat n’en est pas à son coup d’essai. Dans la civilisation égyptienne, les chats étaient vénérés comme des dieux. Mais est-ce toujours le cas à l’heure d’Internet ? En 2011, le média ouvertement pro-chien Slate publiait un article remettant en cause la suprématie des chats dans le royaume digital. Mais nous avons mené notre enquête et il semblerait que la donne ait changé.


Ces graphiques représentent les volumes de recherche en France et aux USA en 2020. Un non-match total qui montre la domination féline outrancière.


Concrètement, vous pouvez vous servir de cette e-notoriété pour développer la vôtre, notamment sur les réseaux sociaux, véritable vivier d’images et de vidéos “cutes” des petites boules de poils.

En moyenne une photo de chat sur Instagram obtient 3 à 4 fois plus de likes que celle d’un être humain. Chats de vos collaborateurs, chats ambassadeurs de votre marque, “lolcats”, Grumpy cat… Leur présence sur les réseaux sociaux est un véritable fléau. Chaque post leur vaut des millions de likes et de commentaires.


Conclusion


A n’en plus douter : le chat et la réussite sont faits l’un pour l’autre (j’espère que vous l’avez). A l’échelle d’un pays, d’une entreprise, d’une vie, les chats sont non seulement indispensables à notre développement humain mais aussi à la croissance de notre business. Un doute demeure cependant : les personnes allergiques aux chats sont-ils de facto allergiques au succès ? Une question que l’on développera sûrement plus tard. Mais on a notre petite idée sur la chose.


It's time for Stories
Abonnez-vous à notre newsletter

© 2020 Stories by Dazl